Le Nibelung, Le Carnaval aux Corbeaux, Anthelme Hauchecorne

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Ludwig grandit à Rabenheim, un petit bourg en apparence banal.
Claquemuré dans sa chambre, il s’adonne au spiritisme. À l’aide d’une radio cabossée, il lance des appels vers l’au-delà, en vue de contacter son père disparu.
Jusqu’à présent, nul ne lui a répondu… Avant ce curieux jour d’octobre.
Hasard ? Coïncidence ? La veille de la Toussaint, une inquiétante fête foraine s’installe en ville. Ses propriétaires, Alberich, le nabot bavard, et Fritz Frost, le géant gelé, en savent long au sujet du garçon. Des épreuves attendent Ludwig. Elles seront le prix à payer pour découvrir l’héritage de son père.
À la lisière du monde des esprits, l’adolescent hésite… Saura-t-il percer les mystères de l’Abracadabrantesque Carnaval ?


Chronique :

Bon, disons-le tout net, ce livre ne pouvait qu'atterrir dans ma bibliothèque et, ce, pour deux excellentes raisons : je suis fan de la plume d'Anthelme Hauchecorne et du pinceau de Loïc Canavaggia. Alors un nouvel ouvrage regroupant le duo qui a déjà travaillé de concert, j'ai tout de suite accroché.

L'histoire m'a elle aussi séduite, je dois bien l'avouer. Deux gamins aux prises avec un carnaval pétris de mystères, le tout enrobé de légendes germaniques, j'aurai été bien difficile de ne pas adhérer. Nous avons donc un bourg aux sympathiques maisons à colombages, aux habitants irascibles ou borderline et, au milieu, Ludwig, adolescent perturbé par le départ inexpliqué de son père et son seul pote Gabriel, miné par une histoire familiale franchement lourdingue. Le jour où un étrange carnaval déboule dans leur patelin, les deux mômes voient aussitôt les tuiles et les phénomènes bizarres s'accumuler. Ils vont faire de leur mieux pour éviter les bobos... et la mort.

Menée d'une main de maître par un Anthelme toujours très inspiré, le récit des malheurs des deux gamins va tambour battant, avec toujours un humour caustique et une atmosphère des plus sombres, fort propice à cette histoire de morts qui refusent de l'être. On ne s'ennuie pas et, malheureusement, on arrive au point final avec l'envie d'aller trouver Anthelme pour lui arracher la suite de cette histoire à coup de barbe à papa sortie tout droit de cet Abracadabrantesque Carnaval. D'un autre côté, je me réjouis de savoir qu'un (ou plusieurs ?) autre(s) tome(s) vont poursuivre les aventures des deux adolescents fort malmenés par leur créateur sans pitié. J'espère aussi, par la même occasion, que Loïc sera de nouveau de la partie !

Les personnages constituent une part importante de la réussite de ce roman, avec l'atmosphère générale. Ludwig et Gabriel, bien entendu, mais aussi leurs comparses et leurs adversaires, tous plus ou moins tourneboulés et, sûrement, bons pour une psychanalyse d'urgence. Les forains remportent la palme et j'ai adoré chacun d'entre eux, surtout Frost (soupir de tristesse), car l'auteur a su leur donner l'importance qu'il fallait par rapport au rôle tenu par l'ensemble du carnaval. Après tout, sans eux, point d'histoire, et cela exigeait un dosage méticuleux pour ne pas ôter aux héros leur statut tout en donnant aux forains la place qu'ils méritaient. Là-dessus, comme sur d'autres points, Anthelme est un artiste, il n'y a aucun doute là-dessus.

Si une chose, une seule, devait résumer la raison pour laquelle j'adore cet auteur, c'est bien son style. Sa plume incisive, juste et maniée avec une virtuosité toujours au diapason de l'histoire, emmène le lecteur là où son porteur le souhaite. Ici, très vite et sans que le lecteur y prête attention, le carnaval l'embarque, voguant du malheur des forains à celui des adolescents, au point qu'il s'attache à chacun sans réussir à désigner clairement un "méchant", tous ayant subi des épreuves que personne ne saurait réellement comment affronter. C'est une autre belle réussite de cette histoire : je n'y ai pas vu de gentils et de méchants, comme dans la plupart des récits. Juste des gens, plus ou moins fêlés du casque, qui tentent de vivre leur vie comme ils l'entendent.

Si vous ne connaissez pas Anthelme Hauchecorne (malheureux !) et qu'une histoire sombre teintée de légendes vous tentent, n'hésitez pas à pousser les portes de l'Abracadabrantesque Carnaval. Dépaysement garanti !

Fidèle à son habitude, l'auteur reverse l'intégralité de ses droits à une association humanitaire, ici l'UNICEF.

Le Nibelung, tome 1, Le Carnaval aux Corbeaux
Anthelme Hauchecorne
Illustrations de Loïc Canavaggia et Mathieu Coudray
Le Chat Noir
19,90 euros
0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés