La furie des Dragons, Michael A. Stackpole

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Les armées de Chytrine déferlent. Vivants et morts ravagent royaumes et cités dans leur quête des fragments de la Couronne du Dragon qui, une fois recomposée, rendra l’impératrice invincible.
Face à elle se dresse la belle et audacieuse Alexia, princesse d’Okrannel, entourée de héros inattendus : Résolu, un Vorquelfe exilé décidé à se venger, Kerrigan Reese, un mage doté d’un pouvoir incertain, et enfin, le jeune Will, voleur orphelin des bas-fonds qui pourrait réaliser une ancienne prophétie… ou en être la victime innocente.
Leur seul atout : un fragment vital de la Couronne du Dragon et… tout leur courage ! Mais est-ce assez pour freiner la terrifiante horde surgie des ténèbres ?

Chronique :

Dans ce second tome, nous retrouvons tous nos héros là où nous les avions laissé. Le traître en leur sein a été arrêté et doit être jugé, puis condamné. Je m'attendais donc à un démarrage sur les chapeaux de roues, avec beaucoup de tension et de suspens. Et là, il faut bien l'admettre, ça a été la douche froide. Sur cent cinquante pages, l'auteur s'étale sur le plan – très attendu par le lecteur – qui sauvera le traître, tout en rappelant les événements du premier tome. Le rythme est lent, il n'y a aucun suspens et le résultat est si évident que l'on attend simplement, blasés, qu'il survienne, afin de pouvoir passer à la suite. Mais là aussi, il y a une certaine déception : car ce second opus ne fait que préparer le terrain pour le troisième. L'ingrédient principal est donc la guerre, qui prend forme avec plusieurs batailles menées par des personnages différents. J'avoue ne pas être friande de ces récits parfois trop détaillés pour leur donner le dynamisme et la tension indispensables à un bon rendu de combats qui n'épargnent pas les uns et les autres. Au final, cela donne quelque chose d'ennuyeux, avec seulement de rares passages qui parfois nous éveillent et nous donnent envie de lire.
Ne comptez surtout pas sur une fin surprenante. Personnellement, je l'attendais avec une certaine appréhension espérant que, peut-être, l'auteur ne céderait pas à cette facilité et ce classicisme dont il fait preuve depuis le départ. Eh bien si, il l'a fait... dommage ! Inutile de préciser que l'on sait déjà parfaitement ce que cela va donner dans le tome trois.

Côté personnages, nous retrouvons tous nos héros et nous les découvrons un peu plus en profondeur (du moins certains) grâce à des aventures dont ils sont les principaux protagonistes. Ce sont les passages que j'ai préféré, avec un petit bémol pour Kerrigan : l'auteur décrit de manière très précise la conception de sortilèges, le fonctionnement de la magie et, par moments, cela brise le rythme et semble un peu long (surtout si l'on cherche à comprendre toutes ses explications).
Je pense que l'objectif principal de ce tome est là : développer les personnages pour que le lecteur s'y attache vraiment avant le dénouement de la trilogie. C'est assez réussi, même si le début, en la matière, apparaît décevant alors qu'il permettait des scènes plus oppressantes.
Dans ce second tome, nous découvrons un nouveau personnage : Isaura, la fille de Chytrine, l'impératrice en mal de conquêtes. Cela lui donne une touche de douceur et permet à l'auteur d'introduire chez elle un comportement ambiguë. Car, à travers ses discussions avec Isaura, le lecteur découvre la raison pour laquelle elle souhaite envahir le Sud. Alors, mensonge ou réalité ?
Il y a aussi, vers la fin du tome, l'introduction des Dragons en tant que peuple. Ils sont très partagés sur la situation et cherchent un moyen de déterminer s'ils doivent ou non prendre parti. Et là aussi, le lecteur découvre une nouvelle facette de Chytrine, avec cette même question : ment-elle ou est-elle mentalement dérangée ? J'aimerais beaucoup que l'auteur choisisse la seconde solution, ce qui rendrait, à mon sens, le personnage – et l'histoire – beaucoup plus intéressants. Mais l'œuvre étant plutôt à la Fantasy classique, je ne pense pas que ce sera le cas.

Mon plus gros problème avec ce livre est venu du style. Je connais bien Stackpole, grâce à sa série des X-Wings (Star Wars), et je me suis arrêtée à un tiers de ma lecture avec cette effrayante constatation : je ne reconnaissais pas sa patte. Mais alors, pas du tout ! J'ai donc entamé des recherches sur le net, en commençant par les chroniques de la version anglaise, et plusieurs s'accordaient à dire que « si vous avez aimé sa série Star Wars, La guerre de la couronne est faite pour vous ! ». Déjà, le tome 1 m'avait laissé une impression mitigée à ce niveau mais là, c'était beaucoup plus flagrant. J'en suis donc venue à la conclusion que la traduction pouvait en être la cause. Bingo ! Je ne suis pas une pro en anglais, loin de là, et j'ai pourtant relevé deux gros problèmes :
1- L'ajout d'auxiliaires là où l'auteur n'en avait pas mis
2- Des traductions parfois maladroites

Exemples :
Version originale : "Since swearing allegiance to the empress, he had been shown great magicks and given great power".
Traduction : "Depuis qu'il avait juré fidélité à l'impératrice, on lui avait appris de nombreux sortilèges et il avait reçu bien plus de pouvoir".
Là, le dernier auxiliaire avoir est clairement de trop. Cela fait, en une phrase courte, trois fois « avait ». Je n'ai pas trouvé d'exemple plus flagrant mais, lorsque je vois la quantité hallucinante de « était » et de « avait » contenus dans le roman, je me doute qu'ils sont nombreux.

Version originale : "In that storehouse they replenished their supplies and drew winter clothing".
Traduction : "Ses hommes et lui avaient rechargé leurs munitions et s'étaient emparés de vêtements d'hiver".
Ici, j'estime qu'il s'agit plus d'une maladresse que d'une erreur. « Rechargé leurs munitions ? » Pas très heureux comme expression... Moi, je lis « reconstitué leurs réserves ». Ce qui semble mieux correspondre, étant donné qu'ils prennent aussi de la nourriture.

Voilà, en quelques lignes, ce qui m'a dérangée. Le pire, c'est que certains chapitres sont bons, un peu comme si la traductrice n'était pas toujours la même... très perturbant et agaçant, parfois. Sans compter les coquilles qui, au même titre que le tome 1, sont nombreuses.

Ah, il faut conclure maintenant ! Eh bien je dirai que si vous aimez la Fantasy classique et que vous ne connaissez pas Stackpole, vous pouvez vous lancer dans la version française (attention de ne pas vous faire une fausse idée de son style, toutefois) ; quant aux fans de Stackpole, je leur conseille d'aller voir du côté de la version originale, pour ceux qui lisent l'anglais, bien entendu. Vous profiterez bien mieux de l'histoire, croyez-moi ! Quant au tome trois, j'espère une petite surprise à un moment ou un autre, histoire de sortir des sentiers battus !

La furie des dragons, La guerre de la couronne, tome 2
Michael A. Stackpole
Éditions Milady
564 pages
25 euros

La chronique du tome 1 : Forteresse Draconis
0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés