Les Résidents, Amelith Deslandes

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Quand Von Würssels convoque Naëlle pour lui proposer une nouvelle mission, il ne s’imagine pas que celle-ci viendrait accompagnée de sa petite sœur Auna et sa simple présence pourrait bien avoir de fâcheuses répercussions. Un compte à rebours s’enclenche alors. Quelles créatures peuplent la nuit de ce village oublié et maudit ? Qui tue et mutile des femmes sans laisser de traces ? Que cache cette maison à l’architecture démente ? À nouveau, Amelith Deslandes nous conduit dans le dédale de ses obsessions, à travers un roman labyrinthique aux allures de cabinet de curiosités. Il nous prouve toute la mesure de son talent de conteur de l’effroi avec ce premier roman court et intense où se mêlent diverses intrigues et personnages, englués dans leurs propres motivations et désirs. Aurez-vous le courage d’affronter la noirceur qui rôde dans ces pages ?



Chronique :

Ce très court roman (124 pages sur ma liseuse) part d'une bonne idée mais, à mon sens, le traitement choisi par l'auteur gâche l'ensemble. Le lecteur découvre de nombreux personnages à travers des chapitres courts (forcément, vu le nombre de pages), alternant les points de vue de chacun. Pour une histoire si brève, il y en a de trop, si bien qu'à la fin du roman, on a toujours pas eu l'opportunité de se les approprier ou de ressentir la moindre empathie à leur encontre. Personnellement, certains m'avaient échappé en cours de route et je ne me rappelais plus de leur rôle dans l'intrigue. C'est très dommage car l'histoire avait un réel potentiel pour me plaire.

Autre point noir pour moi : le style. Des phrases très courtes, brutales et allégées au maximum de détails, qui m'ont laissées au bord du chemin. C'est typiquement le genre de style qui ne me permet pas de m'immerger dans l'histoire, de profiter au mieux de l'ambiance singulière choisie par l'auteur. Là aussi, c'est dommage, car on devine assez facilement la noirceur qui se cache derrière tout cela. D'autres y trouveront certainement leur compte, ceux que ce style de narration ne dérange pas.

Une chose m'a agacée : au début de chaque chapitre figure un morceau de phrase qui se poursuit ainsi jusqu'à la fin du roman. Idée originale mais difficile à suivre. Lorsqu'on arrive au bout, on a oublié depuis longtemps le début de la phrase en question (surtout si on ne lit pas le roman d'une traite). Déjà embêtant en version papier, sur une liseuse c'est encore pire puisqu'il faut naviguer dans tout l'ouvrage pour retomber sur les différents morceaux. Et là, pas moyen de tourner rapidement les pages pour recoller les morceaux et comprendre aisément où l'auteur voulait en venir. De mon côté, je n'ai pas réussi à lui donner un sens par rapport à l'intrigue, peut-être justement parce que j'ai eu du mal à en mémoriser le contenu.

Au final, un roman qui m'a laissée de marbre, alors que l'histoire possédait un réel attrait de départ. Elle aurait mérité d'être plus longue et certainement allégée de quelques personnages secondaires difficiles à s'approprier.
À noter pas mal de coquilles dans l'epub.

Les Résidents, Amelith Deslandes
Éditions La Madolière
135 pages
13 euros pour la version papier ; 4,99 euros pour l'epub
0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés