La Loi des Mages, tome 1, Henry Lion Oldie

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Ils sont deux, une Dame de Carreau et un Valet de Pique.
Deux mages, qui ont connu le bagne et la déportation pour avoir pratiqué leur art dans une Russie qui rappelle celle du XIXe siècle, et qui l'interdit. Libérés pour bonne conduite, ils sont assignés à résidence dans un village perdu. Mais lorsque les circonstances les obligent à fuir en compagnie de deux improbables apprentis, ils découvrent que les parties dangereuses qui peuvent les conduire à la mort se jouent sur deux tables bien différentes.
Il y a d'abord cet officier du corps "Barbares", chargé de traquer les leurs et qui semble avoir ses propres raisons pour croiser régulièrement leur chemin. Et il y a les Mages eux-mêmes, dont la loi peut s'avérer aussi rigide et aussi mortelle à ceux qui cherchent à sortir de l'ornière...


Chronique :

Voici donc les aventures de Rachka et Drouts, deux mages qui viennent d'être libérés du bagne et assignés à résidence dans un village paumé. Parmi les villageois, pour la plupart pauvres, ils aimeraient bien trouver un semblant de paix. Peine perdue. Très vite, ils sentent que quelque chose ne va pas et, avant d'avoir pu se retourner, les voilà fugitifs, à nouveau traqués ! Avec des filleuls, qui plus est, interdit qu'ils ne devaient violer en aucun cas. Alors qu'ils parcourent la Crimée en s'accordant un peu de repos, la situation se complique davantage : on assassine les filleuls des mages. Et l'As de la région a des coupables tout désignés : Rachka et Drouts. Entre la vieille femme persuadée de tenir la solution à son problème et l'officier des Barbares qui poursuit les mages avec aciduité, la Dame et le Valet se retrouvent bientôt coincés. Et le choix qu'ils vont être contraints de faire n'était certainement pas celui auquel ils songeaient...

Derrière le pseudo de Henry Lion Oldie se cachent deux ukrainiens : Oleg Ladyjenski et Dimitri Gromov. Leur univers, une Russie proche du XIXème siècle, est bourré de références que le lecteur aura parfois du mal à suivre. Comme l'ensemble du livre, d'ailleurs, mais j'y reviendrai plus loin. Les nombreuses citations de la culture et du folklore Russe étoffent réellement l'univers, lui apportent une consistance indéniable tout en éloignant un peu le lecteur profane en la matière. Cela nécessite une lecture attentive qui, personnellement, ne m'a pas dérangée car elle est ici presque obligatoire. Pourquoi ? À cause du style. Mais arrêtons-nous d'abord sur les personnages.

Les deux mages, Rachka et Drouts, sont des âmes torturées, il n'est pas utile de lire cent pages pour s'en rendre compte. Dès le départ, leurs épreuves personnelles, leurs blessures physiques et psychologiques sont évidentes. Elles transpirent de chaque situation, au point qu'on ne peut qu'admirer leur opiniâtreté. Au fil du récit viennent s'ajouter l'officier des Barbares, au caractère énigmatique et tranchant comme un rasoir, puis Fedor et Akoulka, les filleuls des mages, patauds et naïfs. Chacun bénéficie d'un traitement approfondi même si, encore une fois, le style particulier des auteurs diffère dans la manière "habituelle" de procéder. 

En effet, je n'avais jamais vu un système narratif pareil. Dans les mêmes chapitres s'entremêlent des passages à la première, à la seconde ou à la troisième personne. Tantôt nous partageons le point de vue des personnages, tantôt nous voyons une vision extérieure ou, plus surprenant, l'interpellation des personnages par les auteurs. C'est assez perturbant et je me doute que cela peut chagriner nombre de lecteurs mais moi, j'ai trouvé cela si dépaysant, ni bien maîtrisé, que les pages se sont succédées sans aucun problème. Car il faut aussi ajouter que cette narration particulière ne gâche en rien le décor et l'ambiance, froids et dramatiques à souhait, que les auteurs ont su mettre en place. Nous sentons bien la menace, les interrogations des personnages, même si parfois des questions auraient méritées des réponses plus claires. Je tiens aussi à tirer mon chapeau aux traducteurs, Victoriya et Patrice Lajoye. Un travail de titans !

Si je devais mettre un qualificatif sur ce roman, par rapport au reste de ma bibliothèque, je crois que je choisirai "O.V.N.I". C'est la première chose qui me vient à l'esprit et, si je ne lirais pas des quantités astronomiques de livres de ce genre, j'apprécie à sa juste valeur le dépaysement et la bouffée d'air frais qu'il m'apporte. Je vais faire une petite pause avant d'entamer le tome 2, et lire quelque chose de plus léger, mais j'ai hâte de savoir comment nos deux héros vont se tirer du pétrin infâme dans lequel ils se trouvent !

La Loi des Mages, tome 1, Henry Lion Oldie
Éditions Mnémos
347 pages
22 euros

0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés