Le ballet des Âmes, Céline Guillaume

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Voilà une fresque pleine de souffle et d’émotion, en cette aube du XIIIème siècle, celui d’un parcours extraordinaire, celui d’Enora, une simple paysanne orpheline, qui depuis son enfance, porte le poids d’une terrible prophétie.
Comme des enluminures : la pourpre et l’acier des chevaliers, l’envoûtante et mystérieuse Bretagne des Légendes, le ferraillement des tournois et des guerres féodales… suivez ces destins enchevêtrés dont Enora tient les fils.

Chronique :

Tout d'abord, et à titre personnel, j'ai lu ce livre comme un conte et non un roman à proprement parler. En effet, sa construction et sa narration m'ont davantage fait penser à ce type d'ouvrage, ce qui n'est pas un reproche : j'adore les contes.
Ici, nous découvrons la vie difficile d'Enora, orpheline maltraitée par sa nourrice qui va tenter de prendre en main son existence suite à une rencontre extraordinaire avec une créature mythique (nymphe ?) vivant dans un cerisier. Mais, bien entendu, rien ne se passe comme prévu : en son absence, son village est ravagé par le seigneur local, Josselin de Kerjean. Poursuivie par les soldats, blessée, elle sera recueillie par deux femmes, la vieille Linus et Urielle qui, paradoxalement, vont l'emmener vivre chez le responsable du massacre. Le seigneur va la remarquer et en faire l'une de ses servantes. Enora va alors découvrir l'histoire tragique de cet homme avec qui elle va entamer une relation pour le moins complexe.
Le récit m'a déçue dans sa globalité et, ce, pour plusieurs raisons. La révélation d'une prophétie concernant Enora, dès le début de l'ouvrage, donne d'emblée au lecteur le secret de sa naissance, ce qui gâche irrémédiablement la suite. Tous les événements qui se succèdent sont sans surprise et, très vite, on devine comment cela va se terminer. Personnellement, aucun des éléments du final ne m'ont étonnée, vu les déductions que cette prophétie avaient amené, et j'ai trouvé ça très dommage. C'est vraiment ce qui, pour moi, a gâché l'ensemble.
Comme pour le reste, l'histoire ne prend pas suffisamment de profondeur, les différentes mésaventures d'Enora s'enchaînent trop vite, si bien que l'on ne parvient pas à se plonger dans le récit. On reste à la surface, distant par rapport à l'héroïne et ses déboires. Cela donne un désagréable sentiment de fouillis alors que, au contraire, on aimerait que les choses se posent afin de profiter au mieux de la narration.

Le contexte se situe dans la Bretagne du XIIIème siècle. Malheureusement, là aussi, grosse déception. Je pensais trouver un véritable cadre historique, avec des détails sur la vie quotidienne et les aléas de cette époque mais, en réalité, tout est survolé, sans profondeur. Un défaut imputable aussi au reste du livre, d'ailleurs. Je n'ai pas voyagé dans cette Bretagne médiévale et cette approximation m'a dérangée. Il me semblait que le cadre recelait, dans cette histoire, une importance indéniable et il aurait donc mérité bien meilleur traitement. Surtout que j'ai relevé plusieurs incohérences embêtantes dont l'une, particulièrement, m'a faite bondir.

Les personnages, eux aussi, sont assez superficiels, voire caricaturaux, comme Josselin par exemple en seigneur brutal et arrogant. Je ne me suis attachée à aucun d'eux, pas même à Enora dont les réactions m'ont souvent donné envie de lui coller des baffes. Pour une femme du Moyen Âge, élevée à la dure, on ne peut pas dire qu'elle soit très crédible. Son éternel questionnement de "qui suis-je ? où vais-je ?" m'a plutôt agacée. J'ai cru que ses relations avec Linus et Arielle donneraient quelque chose d'intéressant mais, là aussi, le soufflet est retombé bien vite. Le sort des deux femmes m'a paru un peu tiré par les cheveux, comme si l'auteur n'avait pas su, au final, quoi faire de ces personnages-là.

Le style de l'auteur est agréable, poétique, et les descriptions des paysages sont plutôt réussis, ce qui m'a d'autant fait regretté que des détails historiques ne soient pas plus nombreux. Les coquilles et diverses fautes gênent toutefois l'ensemble qui aurait mérité meilleure relecture.

Au final, un livre trop court, pas assez fouillé, sans profondeur, qui laisse le lecteur sur sa faim tant au niveau de l'histoire, du contexte que des personnages. Dommage, car le thème aurait pu donner naissance à un roman épique et savoureux.

Le Ballet des Âmes, Céline Guillaume
Éditions du Riez
230 pages
18,90 euros
1 commentaires |
  1. Je n'arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui m'avait déplu dans ce livre. Je te rejoins sur plusieurs points. ^^

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés