Chroniques des Cinq Trônes, tome 1 : Moitiés d'âme, Anthelme Hauchecorne

Auteur : Lauryn Libellés :

Résumé :

La mägerie n'obéit qu'à un seul principe : elle ne peut s'exercer qu'à deux. Liutgarde le sait. Elle a pourtant fui Ortaire, l'époux qui lui avait été imposé, renonçant ainsi à son pouvoir. Exilée au nord des terres, elle serait morte sans l'aide des caravaniers et de Rollon, un mäge à l'esprit torturé. Épris l'un de l'autre, Liutgarde et Rollon se déplacent en roulottes avec leur communauté dans l'hostile forêt de la Sylverëe, ancien royaume des Faëes de l'Hiver. Mais l'équilibre de cette vie en cavale va complètement basculer, les obligeant à régler les dettes de leurs vies antérieurs. Car dans ce monde tout se sait et tout se paie un jour. Leur pouvoir et leur amour suffiront-ils à les protéger ?

Chronique :

Je connaissais déjà Anthelme Hauchecorne pour ses récits fantastiques, que ce soit en roman ou en nouvelles, et je suis fan de son style, à la fois soutenu et percutant. J'avais donc hâte de le découvrir dans un nouveau registre : la Fantasy.

Avec "Moitiés d'Âme", Anthelme s'attaque à une revisite du mythe des Faëes, en y ajoutant sa petite touche personnelle qu'il affectionne : les saisons. Ainsi, dans cet univers où Humains et Faës se sont livrés une guerre sans merci, la mägerie est influencée par les saisons et les arcänes, qui déterminent le type de sorts que chaque mäge sera susceptible de lancer. Toutefois, une limitation s'impose aux Humains : ils ne peuvent pratiquer la mägerie qu'à deux. Ainsi, des couples plus ou moins bien assortis se forment, parfois sous la contrainte, afin de pouvoir profiter de cette mägerie si importante aux yeux des puissants. D'ailleurs, les parents sont fortement invités par le Mägistère à dénoncer leurs propres enfants s'ils manifestent des symptômes du "don". Une sorte d'Inquisition, dont l'organisation semble avoir hérité des pires travers, comme la torture ou l'extermination des gêneurs.

Le lecteur est donc plongé dans un monde brutal, qu'un groupe de caravaniers, constitué en partie de mäges, tente d'affronter tant bien que mal. Parmi eux, Rollon et Liutgarde, éperdument amoureux. Réfugiés avec leurs amis dans la Sylverëe, l'antique forêt et ultime refuge des Faëes, ils vivent une existence austère et rude, qui va prendre un tournant dramatique lorsque Liutgarde décide de revenir à la civilisation, lassée du froid et des bêtes sauvages. Elle va vite découvrir que Rollon lui cache beaucoup de choses, et qu'il n'est pas vraiment maître de son destin.

L'univers d'Anthelme, fidèle à son habitude, est riche et finement travaillé, comme une oeuvre d'art. Il attache beaucoup d'importance à tout ces petits détails qui font du monde un costume idéal taillé pour son histoire. Grâce à cela, le lecteur est précipité dans l'ambiance sombre du roman, où les drames semblent vouloir s'enchaîner les uns après les autres ; et l'ensemble prend réellement vie dans l'esprit de celui qui, page après page, découvre l'univers de l'auteur. Pour moi, c'est certainement la plus belle réussite du livre, ce plaisir que l'on a à facilement s'imaginer vivre dans les anciens Royaumes des Faëes.

Dans ce monde sombre, teinté de défaitisme et empreint de nostalgie, les personnages ne peuvent être que torturés ou porteurs d'un lourd passé, chargé de secrets. Nombre des caravaniers sont dans ce cas, et ils apportent, par leur caractère et leur vécu, une singulière puissance à l'histoire, tant ils correspondent parfaitement au monde où ils évoluent. L'histoire en ressort grandie, avec ni bons, ni méchants, mais juste des victimes des circonstances, de cette guerre imbécile entre les Humains et les Faëes. Je les ai tous aimés, et tous détestés à la fois, avec ce sentiment agréable de voir enfin des personnages réalistes, aux travers si compréhensibles, et aux qualités parfois bien cachées, mais tout de même présentes.

Comme d'habitude, le style d'Anthelme ne m'a pas déçue. Le style soutenu va à merveille avec son monde, tout en restant dynamique, incisif comme la glace omniprésente dans l'histoire. Les dialogues sont dosés avec soin, fidèles aux personnages, et le lecteur ne perd jamais son temps, même lorsque les personnages ont une conversation en apparence "anodine". En réalité, au fil des pages, toutes ces petites touches participent à la profondeur des personnages, si bien que l'on se sent concerné lorsqu'il leur arrive quelque chose de fâcheux. C'est toute la beauté de ce livre.

En bref, si vous êtes amateur de Fantasy, précipitez-vous sur ce livre, une petite perle qui ne demande qu'à vous révéler son éclat.

Chroniques des Cinq Trônes, tome 1 : Moitiés d'Âme
Anthelme Hauchecorne
Éditions Gulf Stream
526 pages
20 €



0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture papier ou numérique, auteurs édités ou auto-édités. N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez me proposer un SP.

Rechercher dans ce blog

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés