Harry Dickson, tome 1, Jean Ray

Auteur : Lauryn Libellés : ,
Présentation :

Marabout a publié les 178 aventures d'Harry Dickson en intégral (16 tomes). Malheureusement, ils n'ont pas respecté l'ordre chronologique, ce qui met parfois le lecteur face à une référence qu'il ne peut comprendre. Afin d'illustrer ce fait, je placerai entre parenthèses le numéro de la nouvelle afin de la situer à sa place réelle sur l'échelle temporelle du détective. Ainsi, dans ce tome 1, nous avons l'une des dernières aventures de Dickson... quelle drôle d'idée !
  1. Le vampire qui chante (117)
  2. La bande de l'araignée (85)
  3. Les Spectres-Bourreaux (86)
  4. Cric-Croc, le mort en habit (146)
  5. La rue de la Tête-perdue (176)

Chronique :

J'ai attaqué ce premier tome de l'intégrale d'Harry Dickson avec une petite appréhension. Déçue par deux précédents recueils de l'auteur, j'avais un peu peur d'y retrouver les mêmes défauts. J'ai été plutôt rassurée par son contenu et je me suis vite attachée au personnage d'Harry Dickson, qui possède quelques points communs avec le célèbre Sherlock Holmes (détective anglais à la réputation internationale, habite Baker Street, fume la pipe, est accompagné d'un fidèle compagnon...). L'originalité du personnage se trouve du côté de sa personnalité : moins intelligent que Sherlock, davantage homme de terrain et volontiers bagarreur (il a la gâchette facile), ses enquêtes ne sont pas centrées sur l'analyse des détails mais plutôt sur les relations humaines et ce qui en découle (là-dessus, il me fait un peu penser à Hercule Poirot). 
La justesse de l'organisation policière de l'époque n'est pas toujours respectée, mais le lecteur passera facilement sur cette faiblesse bien compréhensible (pas toujours évident de rendre une scène d'arrestation haletante lorsque les policiers ne sont pas armés). Il y a parfois une touche de fantastique qui donne du piquant à l'histoire, ce qui est loin d'être désagréable. Voyons ces cinq nouvelles de plus près.

  1. Le vampire qui chante : les morts s'accumulent dans une calme cité provinciale, autour d'un énigmatique et terrible chanteur à la voix d'or. Cette nouvelle m'a fait pensé à l'inspecteur Barnaby, lui aussi souvent confronté à un nombre important de décès. La fin m'a, par contre, un peu déçue par sa brutalité et son manque de logique.
  2. La bande de l'araignée : une jeune femme monte une terrible organisation criminelle. Elle devient l'ennemie jurée de Dickson. Très bien faite et menée d'une main de maître.
  3. Les Spectres-Bourreaux : un peu la suite de la précédente. La bande de l'araignée continue à sévir et mènera Dickson là où il ne veut pas aller. Excellente.
  4. Cric-Croc, le mort en habit : une silhouette arborant un visage de squelette sème la panique à Londres, kidnappant d'innocentes jeunes femmes. Lorsque des cadavres s'invitent dans son enquête, Dickson doit savoir démêler les apparences des faits. Excellente.
  5. La rue de la Tête-perdue : deux dames disparaissent mystérieusement d'une petite ville de province. Par un malheureux coup du sort, Dickson perd du temps dans son enquête et, lorsque les cadavres s'accumulent, il comprend qu'il vient de mettre au jour une terrible manipulation. Excellente, cette nouvelle recèle une part de fantastique.
Un recueil que j'ai donc dévoré rapidement, tant le style de l'auteur est efficace et dynamique. Les pages se tournent à un rythme effréné, ce qui m'a conduite à aussitôt enchaîner avec le tome 2 !

Harry Dickson, tome 1, Jean Ray
Éditions Marabout
408 pages

0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés