La Somme des Rêves, Nathalie Dau

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Les Mages Bleus, servants de l’Équilibre, ont été décimés, mais l’un des leurs a survécu au prix de son honneur, motivé par le besoin impérieux de transmettre la vie.
Le jeune Cerdric, né bréon de la noble famille Tirbald, va, quant à lui, affronter une mère qui ne l’a pas désiré, un monde qui semble incapable de l’aimer.
Et si la solution à ses tourments résidait dans la Marche voisine, là où vit son mystérieux père, en exil ?
Mais au terme de son voyage, Cerdric recevra surtout le poids d’un secret terriblement lourd à porter : celui de la Somme des Rêves, une espérance de renouveau pour ceux qui refusent de s’incliner devant les dieux…


Chronique :

L'illustration de couverture, magnifique, est signée Mathieu Coudray. Autant les couleurs – à dominante bleue – que la scène choisie représentent à merveille le contenu du livre.

Nous découvrons donc, dans ce premier tome, la vie pour le moins compliquée de Cerdric, enfant non désiré par sa mère et dont la naissance a été cachée à son père, un Mage Bleu en exil. Il est le narrateur de sa propre existence, prenant la plume alors qu'il est âgé, en quête d'un dernier espoir pour illuminer ses vieux jours. Puis il reprend le cours de sa vie, se raconte, depuis l'adolescence jusqu'à l'âge adulte. Le lecteur découvre un enfant torturé, mal aimé, à la recherche constante d'affection qu'il n'obtiendra jamais. Il sait qu'un terrible secret pèse sur lui et, à neuf ans, lorsqu'il le découvre, son univers déjà fragile s'effondre. Il est le fils d'un Mage Bleu, un hérétique qui a renié son ordre pour sauver sa vie. C'est lui, l'épine qui empêche Cerdric d'avoir une vie normale, de profiter au mieux de son titre de bréon. Dès lors, il oscille entre deux sentiments contradictoires : l'envie de rencontrer son père et le désir de l'enterrer au plus profond de son être, atterré par ce qu'il représente. Lorsque, pour sa majorité, il reçoit un présent et une lettre de ce dernier, Cerdric ne réfléchit pas, n'hésite pas : il quitte son château sans explications et fonce vers les Herbeuses rencontrer celui dont il attend beaucoup. Cet acte va déclencher une série de catastrophes qui vont le jeter plus bas que terre. Sa seule joie ? Son frère, celui dont l'Énigme de Namuh espère le renouveau... à laquelle, pourtant, Cerdric aimerait le soustraire. Parce que son espoir, à lui, est tout autre.
Le choix du personnage narrateur, Cerdric, est ici très important car il donne toute la force au récit. Si plusieurs autres personnes sont importantes dans l'histoire, le garçon n'en demeure pas moins le noyau central. Tout tourne autour de lui, de sa vie et, surtout, de ses choix. Du coup, le lecteur est littéralement aspiré dans la tourmente d'une série d'événements plus dramatiques les uns que les autres, au point que l'on a du mal à décrocher pour interrompre sa lecture. On ne veut plus quitter Cerdric et sa terrible existence, avec cette question : jusqu'où iront ses malheurs ? Les rares moments de bonheur qu'il vit paraissent presque décalés tant le reste n'est que souffrance et désillusion. S'il apprend de ses erreurs, la leçon est amère.
Une histoire puissante, donc, empreinte de force et de magie. J'ai trouvé cette dernière originale, travaillée avec soin et plutôt éloignée des poncifs habituels. L'univers de l'auteur est de même, mélangeant tradition médiévale et magie innovante, mêlées de poésie. Sans être compliqué, bourré de créatures aux noms imprononçables, il est attirant, complexe et très hiérarchisé. Le lecteur s'y plonge avec délice pour découvrir ses multiples facettes sans jamais s'ennuyer ou soupirer de frustration parce qu'il se mélange les pinceaux entre les différents royaumes, intrigues politiques, races et obédiences magiques. Nathalie Dau parvient à rendre son univers limpide, alors même qu'il recèle une immense richesse. On sent la nette influence de la mythologie, qui pourra peut-être gêner certains, mais moi je me suis régalée. Un vrai plaisir !

Les personnages sont, à mon sens, le moteur de l'histoire. Cerdric en premier, évidemment, puisqu'il est le narrateur et le principal protagoniste, celui dont tout découle. Grâce à cela (narration en « je »), le lecteur le découvre en profondeur, mettant son âme à nu. Rien ne nous échappe, si bien que l'on ressent une puissante empathie qui se décuple au fur et à mesure de la progression du récit. J'ai rarement eut l'occasion de profiter d'un tel ressenti vis-à-vis d'un personnage et j'avoue que la satisfaction de la lecture s'en trouve décuplée. Les personnages secondaires sont eux aussi très réussis, avec une mention spéciale pour la mère de Cerdric, odieuse et mauvaise comme il se doit sans toutefois tomber dans les clichés rasoirs de la méchante de service dont on à peine à cerner les motivations. Ici, pour chacun, nous savons à quoi nous en tenir, pourquoi ils agissent de telle ou telle manière et l'on se surprend parfois à les comprendre, même si l'on s'exclame « le salaud ! ». Rien n'est laissé au hasard. Une maîtrise aussi parfaite des différents protagonistes se voit rarement, et c'est bien dommage !

Le style de l'auteur est poétique et enlevé à la fois, efficace dans les scènes d'action, précis et détaillé dans les descriptions. Il permet de vivre pleinement l'histoire et, personnellement, j'ai attaché beaucoup d'importance aux détails qui foisonnent : sur les coutumes, les paysages, la vie quotidienne... j'adore ce genre de plongée au cœur des choses, j'apprécie de comprendre et connaître au mieux ce qui encadre l'histoire. Je trouve que, grâce à cela, le récit est sublimé, le monde prend une véritable texture, ce qui me paraît important surtout en Fantasy où les repères ne sont pas les mêmes que pour une histoire se déroulant dans notre univers. Là aussi, une belle réussite.

Je me suis fait une petite frayeur, toute seule comme une grande. En feuilletant le livre, j'ai vu qu'il y avait une trentaine de pages d'annexes. Je me suis dit « eh merde » parce que c'est le genre de truc que je déteste, en règle générale. Les index, les glossaires de races, les listes à rallonge de personnages dont on oublie la moitié des noms, les cités, les guildes et j'en passe... si, lors de ma lecture, je ressens le besoin de consulter un glossaire, c'est mauvais signe. Je n'aime pas devoir interrompre ma lecture pour chercher de l'aide, parce que cela veut dire que j'ai décroché, à un moment ou à un autre, à cause d'un monde trop « lourd ». Richesse ne signifie pas forcément foultitude d'informations.
J'ai terminé le livre sans ressentir ce besoin, je me suis donc dit : pourquoi des annexes ? Eh bien en réalité, elles sont d'un genre très inhabituel. Il s'agit d'extraits de journaux permettant de découvrir plus avant certains aspects de l'univers, comme les fêtes et le calendrier, par exemple. Il y a aussi deux nouvelles (Cosmogonie et Ton visage et mon cœur), publiées précédemment chez d'autres éditeurs. Une belle surprise et un sacré soulagement pour moi !

Ce roman, vous l'aurez compris, m'a transportée dans l'univers chamarré de Nathalie Dau. Original, puissant, poétique, décalé par rapport aux histoires de Fantasy classique dont on se lasse de plus en plus, c'est une belle découverte à faire d'urgence ! En cette fin d'année, il sera à sa place au pied du sapin de Noël. Lancez-vous !

Le Livre de l'Énigme, tome 1, La Somme des Rêves
Nathalie Dau
Éditions Asgard
398 pages
19 euros

1 commentaires |
  1. Je l'ai dans ma PAL depuis un bon moment, il faudrait que je m'y mette !
    La superbe couverture attire le regard :) J'ai le livre dédicacé par l'auteure, elle est très sympa !

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés