De l'art d'être stupide...

Auteur : Lauryn Libellés :
Non, non, ôtez donc ce sourire incrédule de votre visage, je vous assure que l'exercice nécessite une certaine dose de talent... voyez plutôt.

L'histoire commence, comme bien souvent, par une chronique négative d'une blogueuse qui, fidèle à son habitude, offre à ses lecteurs un argumentaire détaillé concernant un roman qu'elle n'a pas aimé. (voir l'objet du délit)

Sur ce, débarque un(e) sympathique internaute qui ne se contente pas de soulever l'éventualité d'une mauvaise compréhension de l'essence du livre, mais opte pour une bonne et franche bordée d'injures visant pêle-mêle la profession, le niveau scolaire, l'âge mental, les goûts littéraires et même le physique de la dite blogueuse. Pour finir par cette conclusion aussi lapidaire qu'hautement intellectuelle : grosse connasse. 
Houlà. Passons sur la puérilité de la démarche, le manque abyssal d'intelligence ou même la mort de quelques centaines de neurones innocents (si, si, il faut de sacrées ressources pour être aussi bêtement méchant. Ou l'inverse, allez savoir) et intéressons-nous simplement à l'objectif de base : défendre l'auteur du livre.

Alors là, ça vient peut-être de moi, mais j'ai un vieux doute sur le résultat obtenu par cette personne indélicate. Outre la virulence de la réaction d'autres chroniqueurs, l'auteur et l'éditeur vont-ils sortir grandis de cette réaction ? Sûrement pas. Leur nom sera-t-il associé au titre du roman ? Pas du tout. Il sera plutôt relié au scandale provoqué par cette internaute.

Du coup, nous en revenons forcément à un débat qui enflamme souvent les blogs, à savoir la légitimité du chroniqueur. Certains prétendent qu'il faut soi-même être écrivain ou posséder un sérieux bagage littéraire pour se permettre d'écrire des chroniques ; les autres défendent leur simple droit de partager un avis de lecture. Personnellement, du moment qu'elle ne se réduit pas à "c'est pourri" ou autre phrase expéditive du même acabit, je pense que toute chronique est bonne à prendre. Cela nécessite parfois, certes, une réflexion pour saisir ce que le blogueur a voulu transmettre de son ressenti mais une chose est sûre : dénigrer la personne et, pire, l'insulter de manière aussi stupide ne fera pas avancer les choses. Ni pour la blogosphère littéraire, ni pour l'auteur, ni pour l'éditeur.

Jusqu'à maintenant, il ne me semblait pas devoir être grand clerc pour comprendre ça, mais je commence à avoir de sérieux doutes sur la question. De la retenue, que Diable ! Le monde de l'édition n'a pas besoin de ce genre d'atmosphère délétère pour évoluer, c'est d'ailleurs exactement le contraire !

Si vous le souhaitez, la blogueuse en question s'est fendu d'un billet complet sur le sujet.
1 commentaires |
  1. T'as tout bien résumé ! Mais bon, cette affaire n'a pas l'air d'inquiéter l'auteur en question. J'émets des sérieux doutes quant à la personne qui a émit ces commentaires à mon sujet et notamment sur le fait qu'elle soit proche de Monsieur Lévine. Sincèrement, je le plains plus qu'autre chose, je n'aimerai pas avoir des amis aussi vulgaires et grossiers !

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés