Morts sur la lande, Ann Cleeves

Auteur : Lauryn Libellés :
Résumé :

Le petit village d'Elvet est sous le choc : Jeanie Long s'est suicidée. Emprisonnée pendant dix ans pour meurtre, elle a toujours crié son innocence. En vain. L'émotion est à son comble quand on apprend la réouverture de l'enquête : des faits nouveaux tendraient à prouver que Jeanie disait bien la vérité. Mais, curieusement, les villageois ne semblent pas pressés de replonger dans le passé, et les langues ne se délient pas facilement. Jusqu'à l'entrée en scène de l'inspectrice Vera Stanhope, qui va déployer tout son art de l'interrogatoire pour lever le voile sur les secrets inavouables de ces vies en apparence irréprochables. Jalousies, fantasmes, liaisons incestueuses, chantages... A peine Vera se fait-elle une idée sur les coulisses de la petite communauté qu'un second crime a lieu. L'affaire va alors prendre un tour inattendu...

Chronique :

J'ai découvert les aventures de Vera Stanhope grâce à la série diffusée sur France 3 (saison 9 en cours de tournage). L'idée m'a tout de suite séduite : une petite bonne-femme boulotte, portée sur la bouteille, acariâtre et un poil désagréable qui enquête dans un coin paumé d'Angleterre, le Northumberland, frontalier de l'Écosse. La part belle est donc faite aux paysages, avec de gigantesques plaines verdoyantes, des forêts, des montagnes, des falaises et, bien entendu, l'océan et ses plages. L'ambiance générale est assez sombre, et le caractère des personnages constitue l'autre élément important de la série. Vera occupe le centre de la scène, râlant et pestant plus souvent qu'à son tour, mais ses coéquipiers ne sont pas en reste et équilibrent bien l'ensemble. Les enquêtes ne sont pas menées tambour battant, mais à un rythme réaliste qui illustre parfaitement la difficulté d'une enquête criminelle.

La série est donc tirée des romans de Ann Cleeves. Je ne l'ai appris qu'en lisant la fin du générique de la série et j'ai eu envie de voir si les livres étaient aussi réussis. C'est le cas. S'il faut noter une différence entre les deux, c'est au niveau du personnage principal : dans les livres, Vera est grande et obèse, et conduit une voiture récente. Dans la série, elle est petite (1,57 m) et boulotte, et conduit un vieux LandRover. C'est tout. Le reste est parfaitement identique. Les scénaristes se sont visiblement attachés à rendre l'ambiance des livres et le travail chirurgical autour des personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires.

Morts sur la lande est la deuxième aventure de Vera Stanhope. La première, The Crow Trap, n'a pas été traduite. Petite originalité du roman : le meurtre a eut lieu dix ans avant le début de l'histoire. S'il revient sur le devant de la scène, c'est parce que l'accusée se suicide en prison. Vera est chargée de voir si l'équipe d'enquêteurs de l'époque ne s'est pas plantée. Dès le début, sa manière d'appréhender les choses surprend tout le monde, et elle tire parti de cet effet perturbateur. Malgré son sale caractère, elle réussit à tirer les vers du nez de témoins pas toujours collaboratifs. Dans ce domaine, son adjoint, Joe, l'aide beaucoup car il inspire plus confiance, surtout aux autres policiers, pas vraiment satisfaits de voir une tornade mal embouchée débarquer dans leur commissariat pour faire sa loi. L'enquête est rendue d'autant plus difficile que le meurtre est vieux de dix ans, mais un second homicide vient relancer les choses...

Comme à chaque fois, Vera a fort à faire car de nombreux protagonistes orbitent autour du crime et chacun semble avoir son petit secret qu'il veut à tout prix garder pour lui. Mensonges et faux-semblants s'ajoutent donc aux souvenirs rendus flous par l'âge et Vera, malgré l'aide de Joe, peine à démêler cet écheveaux. Vous l'aurez compris, l'enquête se mêle à la vie des protagonistes, racontée avec efficacité, pour finalement parvenir à la résolution du crime. Le lecteur se laisse facilement avoir par une première impression, ou une aversion particulière pour un suspect, et il est surpris de la conclusion. Personnellement, j'avais deux noms en tête et ce n'est que vers la fin que j'ai arrêté mon choix, sur le bon. C'est assez rare pour être signalé. Certains trouveront peut-être que la résolution prend du temps, qu'il y a trop de pages consacrées à la vie des personnages gravitant autour de Vera. Moi, je trouve que cela donne beaucoup de corps au récit et j'ai dévoré les 400 pages à toute vitesse. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant, même si parfois je me demandais où l'auteure voulait en venir.

Si vous aimez les enquêtes policières prenantes, foncez sur Vera, vous ne serez pas déçus.

Morts sur la lande, Ann Cleeves
Éditions Archipoche
402 pages
7,95 €


0 commentaires |

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.

À propos de ce blog

Chroniques des littératures de l'imaginaire (jeunesse ou adulte), avec aussi du polar et du thriller. Lecture sur papier ou en numérique, auteurs édités ou auto-édités.

Nombre total de pages vues

Membres

Messages les plus consultés